fleche

Le site des professionnels du management de l'innovation : Site MI

Dernière mise à jour : le 8 novembre 2017

Glossaire du MI

D'autres glossaires sont disponibles ici

Il y a 19 entrées dans ce glossaire.
Tout C D E I P S
Terme Définition
Plate-forme d'innovation

Regroupement de moyens (équipements et moyens humains en particulier), destinés à offrir à une communauté ouverte d'utilisateurs (notamment des entreprises), des ressources (location d'équipements, prestations, services, etc.), leur permettant de mener à bien leurs projets de R&D et d'innovation.

Les plates-formes d’innovation peuvent être mutualisées entre plusieurs partenaires engagés dans des projets d’innovation coopératifs successifs, comme les plates-formes d’innovation des pôles de compétitivité. Elle peuvent aussi être mises en place à l’initiative de centres de recherche publics (NIT–Inocité de l’INPL, centre d’innovation de l’UTC) ou d'entreprises cherchant à coopérer avec leurs sous-traitants ou alliés (Studio créatif et Explocenter de FT – Orange, Centre d'innovation ArcelorMittal Research).

Source : D'après la Lettre d’information competitivite.gouv.fr juin 2009 [newsletter@competitivite.gouv.fr]

Politique publique de soutien

à l'innovation

Selon Ruprich-Robert et Bencinvenga (2002), une politique publique est « un ensemble cohérent et organisé de prestations publiques, articulées autour d’un objectif stratégique défini par la collectivité et d’un territoire donné ».

Appliquer cette définition au cas de l’innovation revient à considérer une politique publique en faveur de l’innovation comme un ensemble cohérent et organisé de prestations publiques visant à renforcer la capacité d’innovation des entreprises sur un territoire donné.

Les politiques publiques en faveur de l’innovation reposent sur l’idée que la puissance publique peut et doit intervenir sur un certain nombre de variables influant sur la compétitivité des entreprises, notamment :

– la recherche publique ;

– la formation professionnelle ;

– l’encouragement à la création d’entreprise ;

– le droit de propriété intellectuelle ;

– la standardisation et la normalisation.

Sources : Ruprich-Robert C, Bencinvenga M., 2002. Evaluation des politiques publiques : nouveau guide pratique. Territorial, coll. Dossiersexperts. Fernez-Walch S., Romon F., 2017, 4ème édition. Management de l'innovation de la stratégie aux projets. Paris. Vuibert.

Potentiel d'innovation

Ensemble des savoirs et savoir-faire que l'entreprise peut valoriser en lançant une nouvelle offre de biens et/ou de services sur un marché ou en mettant en œuvre de nouveaux procédés, méthodes, entités organisationnelles, etc.

Les savoirs peuvent être technologiques ou non technologiques (marketing, organisationnels, logistiques, juridiques, etc.).

Le développement d'un savoir (technologique surtout) peut se faire dans le cadre d'un projet d'innovation. Certaines entreprises conduisent ainsi des projets transverses aux projets de développement d'offres de biens ou de services pour développer leurs savoirs collectifs, reliés à leur coeur de métier. Dans les grands groupes multi-divisionnels, ces projets peuvent être conduits au sein d'un département de recherche corporate.

Mais ce n'est pas parce qu'aujourd'hui on commence à se rendre compte que l'innovation n'est pas seulement technologique qu'il faut oublier le R de R&D !

Par ailleurs, on oublie trop souvent que le savoir-faire est relié à l'humain et on réduit encore trop l'intervention des acteurs dans les projets d'innovation à la seule mobilisation des expertises. Mettez l'expert(e) en état de stress et il sera difficile pour lui (elle) de mobiliser toutes ses connaissances et savoir-faire.

Source : Fernez-Walch S., Romon F. (2017, 4ème édition), Management de l'innovation, de la stratégie aux projets, Paris, Vuibert.

Projet d'innovation coopératif

Projet d'innovation regroupant plusieurs entités (entreprises concurrentes, clients, fournisseurs, entreprises d'autres secteurs, centres de recherche publique, etc.) qui assurent, ensemble, la maîtrise d’ouvrage, voire la maîtrise d’oeuvre du projet, ce dans une logique d’innovation ouverte.

Selon Fernez-Walch (2010), on constate depuis le début des années 2010 une explosion du nombre de projets de type coopératif pour deux raisons principales : d’une part, un facteur intrinsèque au processus d’innovation, son infléchissement vers un mode ouvert et, d’autre part, un facteur extrinsèque, la croissance de l’intervention publique (notamment par l’aide financière) qui, par fonction, ne peut s’appliquer qu’à une pluralité d’acteurs, les incitant à ouvrir encore plus leur mode de management de l’innovation.

Conduire un projet d'innovation coopératif c’est faire intervenir des partenaires variés (en terme de taille, de structure juridique, etc.) et ayant des intérêts économiques souvent divergents ; des individus de culture parfois radicalement différente (monde de l’entreprise versus logique scientifique, pluralité des nationalités et des langues) ; d’où des interrogations sur le mode de gouvernance, le rôle des systèmes d’information, le profil et les compétences du chef de projet, la propriété des connaissances apportées par chaque protagoniste et, également, celle des connaissances créées dans le cadre du projet.

Sources :

  • Fernez-Walch S., 2010, « Le management multi-projets, une réponse possible à l’explosion du nombre de projets d’innovation de type coopératif ». Site MI. accessible à http://www.innovationmanagement.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=58&Itemid=94

  • Fernez-Walch S., F. Romon, 2017, 4ème édition. Management de l’innovation, de la stratégie aux projets. Paris. Vuibert.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL